Trouver des solutions

 

Éliminer la pauvreté

Les institutions financières internationales comme la Banque Mondiale et le Fonds monétaire international ont provoqué une augmentation du travail des enfants en exigeant que les pays lourdement endettés réduisent les dépenses publiques affectées à l’enseignement, aux soins de santé et à la création d’emplois réels. Ces programmes d’ajustement structurel ont accru la pauvreté et le travail des enfants. La Banque mondiale et le FMI devraient faire grâce de leurs dettes aux pays en voie de développement, et réorienter leurs prêts de façon à accroître les dépenses sociales et non à les diminuer.

Nous devons exercer des pressions sur les gouvernements et les industries concernées pour qu’ils mettent fin au travail des enfants et fournissent l’aide nécessaire pour donner de nouveaux moyens aux enfants qui travaillent. Le boycott n’est pas une solution, car il oblige les enfants à quitter leur emploi sans être préparés, donc à retourner à la rue ou se trouver des emplois encore plus dangereux et dégradants.

Encourager la scolarisation

DSCF4553

Les enfants doivent apprendre à lire et à écrire. Ils ont besoin de compétences sociales et d’autres aptitudes que seuls l’école et un milieu social qui ne les exploite pas peuvent leur fournir. Dans certains pays, l’école est obligatoire, dans d’autres, l’école publique est gratuite.

Par contre, dans plusieurs pays, surtout ceux où les programmes d’ajustement structurel ont mené à la privatisation des écoles, le coût des études, des livres et des uniformes rend impossible l’éducation des enfants. Pour que l’éducation devienne une solution au travail des enfants, les écoles doivent être situées près des lieux où ceux-ci vivent.

L’enseignement doit être gratuit et obligatoire jusqu’à l’âge minimum légal pour travailler.

Appliquer les lois sur le travail

La plupart des pays ont des lois contre le travail des enfants. Cependant, certains gouvernements sont prêts à tolérer le travail des enfants malgré la loi, dans l’espoir que cela leur donne un avantage concurrentiel.

Il importe de réadapter et protéger les enfants qui travaillent (encourager les ONG qui le font).

Retirer complètement les enfants du marché du travail n’est pas la meilleure des solutions. Ces enfants pourraient en effet se retrouver dans des situations encore pires et les familles pourraient devenir encore plus pauvres.

Certaines ONG se battent pour offrir aux enfants qui travaillent une certaine protection en leur fournissant de l’information au sujet de leurs droits, ou en leur obtenant de meilleures conditions de santé et de sécurité au travail. D’autres ONG aident les enfants à faire la transition entre le travail et l’école, en créant des foyers pour les accueillir. Ils y sont pris en charge complètement jusqu’au moment où ils peuvent devenir autonomes, et on leur offre des soins de santé et une scolarité souple et adaptée à leurs besoins.

Abolir le commerce des enfants

Partout dans le monde, des adultes gagnent leur vie en achetant et en vendant des enfants comme esclaves. Les gouvernements de tous les pays doivent sévir contre cet ignoble commerce d’enfants.

Encourager le commerce équitable

Les accords commerciaux se multiplient à travers le monde. Tous les accords commerciaux internationaux devraient comporter des normes fondamentales pour garantir des droits syndicaux de base et le respect des droits de la personne, y compris l’interdiction du travail des enfants. L’implantation de normes de commerce équitable aiderait à mettre un frein à l’horrible commerce du travail des enfants.

Les nouvelles campagnes d’étiquetage, telles que celles de Rugmark ou l’étiquette de commerce équitable, garantissent aux consommateurs et consommatrices que les produits ne sont pas fabriqués par les enfants, et que les pratiques commerciales sont justes. L’étiquette rappelle aussi aux entreprises que les enfants consommateurs se renseignent sur les pratiques commerciales.

Le commerce équitable garantit un prix juste pour les petits producteurs. Dans 44 pays du Sud, le commerce équitable fait vivre 550 coopératives qui font vivre 5 millions de personne. Ces coopératives utilisent souvent l’argent de leur commerce pour le bien-être de leur communauté, et font construire des écoles, des cliniques, des puits, etc.

Remplacer les enfants qui travaillent par des adultes

Huit cents millions d’adultes sont sans emploi aujourd’hui dans le monde, et malgré cela, on estime à plus de 300 millions le nombre d’enfants qui travaillent.

Remplacer les enfants qui travaillent par leurs parents – dont bon nombre n’ont pas d’emploi – ferait augmenter le revenu des familles, car les adultes sont mieux payés. La légère augmentation des coûts de production qui en découlerait aurait peu d’impact sur les ventes des pays exportateurs.